Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de l'association Forestière Sylviculteurs Centre Haut-Rhin Montagne Vignoble et Plaine

Réflexion d’un sylviculteur

19 Janvier 2020, 19:04pm

Publié par Rémy

Vue aérienne Sagwald Linthal

Vue aérienne Sagwald Linthal

Réflexion d’un sylviculteur 2016

Comme vous avez pu l'entendre lors de diverses réunions, le gouvernement actuel et le gouvernement précédent ont souhaité des forêts plus productives. Produire plus, d'accord, reboiser, entretenir nos forêts pour l'avenir. Oui mais pas à n'importe quel prix !. Nous n'avons plus vraiment la foi car produire plus de beaux bois est de plus en plus difficile. En effet, planter est une gageure, un pari hasardeux, le coût d'entretien dépasse l'entendement et les prix que l'on nous propose pour l'achat de nos bois ne sont pas raisonnables.

D'où la réaction de Monsieur Siat qui, lors de la journée de l'Union forestière à Colmar, dit que 50% des propriétaires forestiers ne plantent plus. Pourquoi ??? :

car les difficultés majeures du développement de nos forêts sont surtout liées à l'augmentation croissante du grand gibier (cerf, chevreuil, chamois..). Comme bon nombre d'entre vous, j'ai planté avec l'aide du FFN, mais à ce jour, je n'ai ni l'envie ni le courage de recommencer car je pense aux difficultés rencontrées, aux batailles que j'ai dû mener pour maintenir en vie ces arbres face aux dents du gibier (argent, procès, travail...). Vous avez entendu comme moi que voici 20 ans, on réinvestissait 20% pour reboiser alors que maintenant le pourcentage est passé à 80%.

En Alsace avec le système de chasse de « privilèges », à ce chiffre, on peut rajouter 10% pour les protections des arbres.

Voilà maintenant des années que l'ONF et certains responsables forestiers tirent la sonnette d'alarme pour sensibiliser les propriétaires des forêts donneurs d'ordre. En effet, lors des commissions dans lesquelles je siège pour représenter la forêt privée, les responsables ONF rappellent régulièrement les dangers du déséquilibre sylvo-cynégétique.

Si les propriétaires forestiers (que soient les communes ou les particuliers) ne regardent que le court terme, it est clair que Ia forêt ne rapporte plus rien.

Posons-nous Ia question : pourquoi ?? Si le propriétaire n'est pas prêt a faire les investissements nécessaires a la survie de ses forets : plantation, dégagements, protections contre le gibier, élagage, éclaircie, création de chemins d'exploitation, entretien des chemins, etc...., alors Ia forêt et son exploitation s'en ressentiront. Bien sur pas a court terme mais si rien n'est fait, ses enfants ou petits-enfants ne récolteront que des produits de bas de gamme ;

En fait, il est vrai que pour une gestion a court terme, ce qui rapporte le plus en forêt c'est la chasse de 10 a 100 l'ha sans avoir a investir. C'est du net et c'est alléchant !

Pour ceux qui reviennent d'Autriche, vous avez entendu que la bas le prix de Ia location de chasse est de 3 € l‘ha s’il y a du chevreuil, et 10 euros/ha s'il y a du cerf. Il 

n'est donc pas étonnant que la forêt soit une de leur priorité puisque c'est une source de revenus reconnue et importante. C'est la deuxième source de revenus du pays après le tourisme.

Le 24 septembre, lors de notre grand rassemblement des forestiers prives, a Colmar, notre président national a tenu ces propos : « si on veut continuer a transmettre des forêts productives, on se doit d'écouter ceux qui y travaillent ».

II est regrettable que bien souvent les propriétaires ou preneurs de décisions dans la gestion des forêts ne soient plus des gens du terrain. Ils sont conseilles par des collègues ou des amis qui, soit disant sont connaisseurs dans le domaine de Ia forêt ou du gibier.

II n'y a pas très Longtemps, j'avais une folle envie de quitter ce monde forestier après 35 ans d'implication (désespoir, ras le bol de toujours titre sur le défensive pour défendre nos droits).

Mais certains d'entre vous sont arrivés a me convaincre de ne pas abandonner la partie dans Ia mesure ou je suis bien imprégné du sujet tant au niveau de la forêt que de la chasse.

Et pour ceux qui souhaitaient mon départ, eh bien tant pis pour eux ! Je reste et ils me retrouveront encore et encore face a eu si nécessaire.

Un petit espoir pour le futur : maintenant que nous sommes une grande Région avec plus de

329 000 propriétaires et plus de 2 millions d'ha, aurons-nous plus de poids ???

Je m'arrêterai sur cette interrogation. 

Groff Rémy Président des Forestiers Sylviculteurs du Centre Haut-Rhin
Commenter cet article